La BCE a décidé jeudi de laisser ses taux directeurs et ses indications prospectives inchangés, confirmant ainsi la fin de son programme d’achats nets d’actifs pour la fin 2018.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, a déclaré jeudi qu’il était encore «trop tôt pour crier victoire sur le front de l’inflation» alors que l’inflation globale s’est inscrite à 2% en juin dans la zone euro et que l’inflation de base, excluant l’énergie et les produits alimentaires, est ressortie à 0,9%.

Mario Draghi a tenu ces propos alors que la BCE a décidé jeudi de laisser ses taux directeurs et ses indications prospectives inchangés, confirmant ainsi la fin de son programme d’achats nets d’actifs pour la fin 2018.

A l’issue de la réunion du conseil des gouverneurs, la BCE a indiqué qu’elle laissait son principal taux de refinancement à 0% et son taux de rémunération des dépôts à -0,40%, soit le niveau auquel ils se trouvent depuis mars 2016. Comme en juin, elle a précisé que «les taux d’intérêt directeurs de la BCE rester[aient] à leurs niveaux actuels au moins jusqu’à la fin de l’été 2019».

Le programme de rachats d’actifs de la BCE se poursuivra au rythme de 30 milliards d’euros par mois jusqu’en septembre 2018, puis les achats mensuels seront ramenés à 15 milliards d’euros jusqu’à la fin décembre et cesseront à cette date «si les données lui parvenant confirment ses perspectives d’inflation à moyen terme».

L’euro accentuait sa baisse face au dollar jeudi après les propos du président de la Banque centrale européenne. Vers 15h15, la monnaie unique cédait 0,3% à 1,1696 dollar.